Togo : Violente et scandaleuse charge de la police française contre des manifestants togolais

Togo-manifestation: violente et scandaleuse charge de la police française contre des manifestants togolais.

Paris-le 15 décembre 2018. La police française à violemment chargé dimanche à Paris, une manifestation de la diaspora togolaise.

Les manifestants s’étaient regroupés aux abords de l’ambassade du Togo dans le 17ème arrondissement à Paris, à l’instigation de «Coditogo» une association de la société civile togolaise, pour s’opposer aux conditions d’organisation des élections législatives prévues pour le 20 décembre prochain . Des individus non-identifiés se sont infiltrés dans le groupe munis de bouteilles d’essence et ont tenté de mettre le feu à des voitures dans le voisinage. Immédiatement pris à partie par le service d’ordre des organisateurs de la manifestation, ils ont pris la fuite, abandonnant sur- place une valise remplie de bouteilles et d’instruments de mise à feu.

Les policiers déjà en nombre imposant devant les locaux de la représentation togolaise se sont, à ce moment rués sur les manifestants avec une rare violence, faisant usage de matraques et noyant le groupe sous une pluie de gaz lacrymogènes. La charge, qui a duré une bonne demi-heure a scandalisé les organisateurs, qui s’évertuaient à démontrer preuve à l’appui, aux policiers que la tentative de mise à feu des voitures n’était pas de leur fait.

« C’est proprement révoltant. Ils se sont comportés comme des sauvages à notre égard  » affirme Emmanuel 60 ans, encore sous le choc et exhibant les stigmates des coups reçus.

Une dizaine de blessés graves parmi les manifestants, des instruments de sonorisation detruits, des drapeaux togolais et des pancartes confisqués sans raisons, un bilan assez lourd et inexplicable pour une simple manifestation pacifique devant une ambassade dans un pays moderne.

« Nous sommes complètement abasourdis devant un tel déferlement de violence » déplore Fabien, venu de Belgique.

La rédaction Letogolais.com



Élections au Togo: le cri d’alarme d’un prêtre catholique

Alors que se profile le scrutin législatif du 20 décembre, la situation est de plus en plus tendue dans le pays. De nombreuses organisations de la société civile et les responsables religieux demandent que les élections soient repoussées tant que les réformes n’auront pas lieu.

Les élections législatives seront bien maintenues le 20 décembre au Togo, a annoncé ce jeudi le gouvernement. Le climat est de plus en plus tendu à l’approche du scrutin. Au moins quatre personnes ont été tuées en début de semaine, à Lomé et dans l’un des fiefs de l’opposition, après un week-end déjà très tendu.

Le pays traverse une grave crise politique depuis plus d’un an avec des manifestations demandant le départ du président Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père en 2005. La coalition de l’opposition, qui boycotte ces législatives et dénonce des « irrégularités » dans leur préparation, avait appelé à manifester pendant une dizaine de jours, du 8 au 18 décembre, pour exiger l’arrêt du processus électoral.

Remettre le peuple au centre des décisions

De nombreuses voix de la société civiles mais aussi les autorités religieuses demandent que les réformes constitutionnelles aient lieu avant tout vote.

Le père Pierre Channel Affognon est l’aumônier national des cadres catholiques du Togo et premier porte-parole du mouvement «forces Vives Espérance pour le Togo». Il ne cache pas son inquiétude d’un embrasement du pays.

Pour lui, le Togo risque en effet de connaître de nouveaux cycles de violence suite à un scrutin rejeté par une grande partie de la population. Le père Affognon s’insurge surtout du fait que les responsables politiques, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition aient laissé le peuple togolais livré à lui-même alors que les défis de la pauvreté et du développement son immenses.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel- Cité du Vatican

Bientôt un numéro d’identification biométrique unique pour chaque #togolais

Lors du dernier Conseil des Ministres tenu ce mercredi au Palais de la Présidence, le gouvernement a approuvé un projet d’identification nationale biométrique dénommé « e-ID TOGO ».

En effet, ce projet vise à doter chaque citoyen togolais ou tout individu résidant sur le sol togolais d’un numéro unique d’identification biométrique. Notons que ce projet s’inscrit dans le cadre du processus de modernisation et de réforme de l’administration publique engagé par l’Etat togolais. Continuer la lecture de « Bientôt un numéro d’identification biométrique unique pour chaque #togolais »

Togo : Faure Gnassingbé soutien les jeunes talents du foot

Lomé, la capitale Togolaise a abrité samedi la grande finale du concours « Graines du Togo ». Une initiative du sélectionneur national, Claude Leroy, et qui est réservée aux jeunes footballeurs nés entre 2002 et 2005  et footballeuses nées entre 2000 et 2003.

Le concours « Graines du Togo  a pour objectif principal de détecter les jeunes talents encore cachés dans les coins et recoins du Togo. Parrainé par le président de la République, Faure Gnassingbé, le concours « Graines du Togo 2018 », vise donc à dénicher les jeunes talents cachés sur l’ensemble du territoire, afin de disposer d’une cartographie des meilleurs jeunes footballeuses et jeunes footballeurs potentiellement doués pour la pratique du football de haut niveau. Continuer la lecture de « Togo : Faure Gnassingbé soutien les jeunes talents du foot »

Togo: Yark élevé au rang de Général, Félix Kadanga également promu !

Yark Damehane n’est plus Colonel. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a été élevé au rang de Général de Brigade par le chef de l’Etat en conseil des ministres tenu ce mercredi. Sauf surprise, cette nouvelle sera rendue publique au journal de 20 heures ce soir.

Continuer la lecture de « Togo: Yark élevé au rang de Général, Félix Kadanga également promu ! »

Antonio Guterres salue le rôle joué par Faure Gnassingbé dans la résolution de la crise Bissau guinéenne

Le sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la crise en Guinée-Bissau tenu à Lomé le 14 avril dernier semble porter des fruits au regard de la mise en œuvre des recommandations formulées à l’endroit des parties prenantes (nomination d’un premier ministre de consensus et annonce des législatives pour novembre 2018).

Selon le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, ce succès est à mettre à l’actif de Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO. Il a donc salué le rôle joué par ce dernier dans la résolution de la crise Bissau-guinéenne. Il salue aussi la médiation du président guinéen Alpha Condé dans ce dossier.

Continuer la lecture de « Antonio Guterres salue le rôle joué par Faure Gnassingbé dans la résolution de la crise Bissau guinéenne »