ÉDITORIAL: Arafat DJ et la société ivoirienne

Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui à n’importe quel demi-analphabète d’énoncer des stupidités que d’autres demi-analphabètes prendront pour la vérité. Des messes ont été organisées un peu partout pour contrer les prétendues actions mystiques de ces francs-maçons. Pour bon nombre de nos concitoyens et pour de nombreux fans d’Arafat DJ, si le gouvernement en faisait autant pour lui, il y avait forcément anguille sous roche.

Qu’il me soit permis à mon tour, à présent que la passion commence à retomber, d’ajouter ma petite voix à toutes celles qui ont analysé et disséqué le phénomène Arafat DJ et tous les évènements qui se sont produits après son décès brutal.

Parlons d’abord de sa vie. Ses parents étaient deux artistes bien connus dans notre pays. Son père, Houon Pierre un musicien que l’on appelait Wompi, est décédé d’un arrêt cardiaque dans une chambre d’hôtel à Yamoussoukro lors d’une tournée. Le fils avait raconté que son père le battait chaque fois qu’il touchait à ses instruments.

Etait-ce pour lui éviter de devenir plus tard artiste comme lui ? Sa mère, une chanteuse connue sous les noms de Tina Spencer, puis Tina Spendja et maintenant Tina Glamour, est beaucoup plus célèbre pour ses frasques et les différents scandales qu’elle provoque que pour ses qualités de chanteuse. Faut-il s’étonner qu’à 14 ans, leur enfant Ange Didier se retrouve à la rue ?

A cette époque, le phénomène du « coupé-décalé » commençait à poindre. Il consistait à gagner beaucoup d’argent par tous les moyens, surtout les plus malhonnêtes, et à le claquer de la façon la plus ostentatoire. Il ne s’agissait surtout pas de réaliser quelque chose avec, mais de le dépenser le plus vite possible, en s’achetant les vêtements les plus coûteux, en le gaspillant dans les boîtes de nuit, en faisant le plus de bruits. Une musique en naît, qui séduit une grande partie de la jeunesse. Le mouvement a ses héros qui fascinent cette jeunesse.

A cette époque, la Côte d’Ivoire est déchirée par la crise militaro-politique et l’on assiste à de massives violations des droits de l’homme, dans la plus totale impunité. Toutes les valeurs sont foulées aux pieds. Des grands criminels deviennent des stars, simplement parce qu’ils ont de l’argent. Le seul dieu qui émerge et que la majorité des Ivoiriens commence à adorer est le dieu argent. Argent qu’il faut gagner vite, par tous les moyens et dépenser vite. Naissent alors ceux que l’on appelle les « brouteurs », que l’on accuse de pratiquer des sacrifices humains pour s’enrichir le plus rapidement possible. Et effectivement, l’on assiste à des disparitions d’enfants et parfois des personnes sont arrêtées pour des crimes rituels. Houon Didier Ange rêve de gloire et de richesse.

Il y parvient par la musique, le « coupé-décalé», sous le nom d’Arafat DJ. Il sait communiquer sur les réseaux sociaux. Il a de nombreux fans. Il devient une star. Devient-il un modèle pour la jeunesse ? Certainement pas. Il vit une vie de star, avec ses frasques et ses excès. Rares sont les grands artistes qui mènent une vie rangée que l’on pourrait présenter comme des modèles à suivre. A-t-il fait avancer la musique ? Ce n’est pas mon point de vue. Et je sais que mes enfants ne partagent pas mon opinion. Comme de nombreux Ivoiriens de ma génération, j’étais incapable de fredonner un air d’Arafat DJ avant sa mort tragique. La musique qu’il faisait était pour moi juste du bruit.

Mais, je sais que les musiques que j’aime, reggae, rock and roll, blues, jazz, ont été ainsi qualifiées à leur naissance. Arafat DJ finit par mourir de ses excès, dans un accident de moto, une nuit d’août. Il est mort comme beaucoup de grands artistes dans le monde qui ont brûlé leur vie par les deux bouts. Ses nombreux fans sont inconsolables. Le gouvernement décide alors de lui organiser des funérailles grandioses. A-t-il eu raison ?

A chacun d’apprécier. Pour ma part, je pense que le gouvernement avait voulu faire plaisir à cette frange de la société trop souvent oubliée, et surtout veiller à ce que leur douleur ne dégénère pas en actes de vandalisme incontrôlés dans la ville. Mais c’est là que le malentendu s’installe. Plus le pouvoir en faisait pour l’artiste décédé, et plus il était suspecté. C’est que dans ce pays où l’esprit magique prévaut chez bon nombre de nos concitoyens, rien n’est naturel. On ne devient pas riche par son travail, mais par des pratiques mystiques. On ne meurt pas d’un accident parce que l’on a peut-être trop bu et que l’on a fait des cascades avec sa moto sans casque, mais parce que des sorciers vous ont jeté un sort.

De nombreuses personnes qui semblent avoir la tête bien posée sur les épaules ont trouvé anormal que Arafat DJ meure ainsi. Puis un pasteur est venu annoncer qu’il pouvait ressusciter le mort. Et des personnes y ont cru. Il y a eu débat dans ce pays pour savoir s’il fallait laisser ce pasteur tenter sa résurrection ou non.

Ensuite, des soi-disant religieux, « hommes de dieu » et autres farfelus ont annoncé urbi et orbi que les francs-maçons étaient venus chercher le corps de l’artiste, pour on ne sait quelle œuvre satanique, qu’ils tenaient une réunion sous le stade au moment même de la cérémonie d’hommage.

Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui à n’importe quel demi-analphabète d’énoncer des stupidités que d’autres demi-analphabètes prendront pour la vérité. Des messes ont été organisées un peu partout pour contrer les prétendues actions mystiques de ces francs-maçons. Pour bon nombre de nos concitoyens et pour de nombreux fans d’Arafat DJ, si le gouvernement en faisait autant pour lui, il y avait forcément anguille sous roche.

Pourquoi s’étonner par la suite que les fans d’Arafat DJ aient voulu s’assurer que le corps de leur idole n’avait pas été subtilisé pour servir à des pratiques démoniaques ? Qui sont-ils ces jeunes qui ont profané la tombe de Houon Ange Didier ?  Des enfants de la rue pour la plupart, sans aucune éducation, à qui personne n’a inculqué la moindre éthique morale, pour qui la vie humaine n’a aucune valeur, qui parfois tuent pour quelques billets de banque.

Nous sommes scandalisés ? Mais pourquoi donc, dans ce pays où des personnes apparemment saines d’esprit croient qu’un pasteur peut ressusciter un mort, que les francs-maçons boivent du sang humain, que le meurtre d’un enfant peut rendre riche ?

La société ivoirienne est malade depuis longtemps. Mais elle refuse de se soigner, préférant attendre une guérison miraculeuse. Alors, des malandrins se sont proclamés « hommes de Dieu » et font les poches à tous les malades naïfs qui tombent entre leurs mains. Que faire pour ces jeunes ? Rien. Comme dit mon ami le docteur David Koffi, on ne peut pas redresser l’ombre d’un bâton tordu.

Ces jeunes sont notre ombre. C’est nous qui devons être redressés. Et tant que nous ne chercherons pas sérieusement à soigner notre société, tant que notre obsession restera l’argent ou le pouvoir, nos enfants ne cesseront pas de nous étonner. Désagréablement !

VENANCE KONAN

Le Gabon dément les rumeurs de décès du Président Ali Bongo

Une rumeur a circulé dans l’opinion, relayée par les réseaux sociaux et certains médias en fin de semaine dernière, faisant état du décès du Président Gabonais Ali Bongo. Dimanche 28 octobre, le porte-parole de la présidence de la République gabonaise a donné des précisions sur l’état de santé de Ali Bongo Ondimba. Continuer la lecture de « Le Gabon dément les rumeurs de décès du Président Ali Bongo »

Bientôt un numéro d’identification biométrique unique pour chaque #togolais

Lors du dernier Conseil des Ministres tenu ce mercredi au Palais de la Présidence, le gouvernement a approuvé un projet d’identification nationale biométrique dénommé « e-ID TOGO ».

En effet, ce projet vise à doter chaque citoyen togolais ou tout individu résidant sur le sol togolais d’un numéro unique d’identification biométrique. Notons que ce projet s’inscrit dans le cadre du processus de modernisation et de réforme de l’administration publique engagé par l’Etat togolais. Continuer la lecture de « Bientôt un numéro d’identification biométrique unique pour chaque #togolais »

Togo: Yark élevé au rang de Général, Félix Kadanga également promu !

Yark Damehane n’est plus Colonel. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a été élevé au rang de Général de Brigade par le chef de l’Etat en conseil des ministres tenu ce mercredi. Sauf surprise, cette nouvelle sera rendue publique au journal de 20 heures ce soir.

Continuer la lecture de « Togo: Yark élevé au rang de Général, Félix Kadanga également promu ! »

Bénin – supposée menace sur les béninois au #Togo: ce que le président Patrice Talon en dit

A la suite de deux voix officielles; celle du directeur général de la police républicaine, Nazaire Hounnonkpè et du ministère des affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, une nouvelle voix autorisée revient sur la question  des menaces qui pèseraient sur les béninois résident au Togo.

En marge du sommet extraordinaire des chefs de l’Etat de la CEDEAO tenu à Lomé,  capitale du Togo, le président de la République du Bénin, Patrice Talon, a rencontré les béninois résidents au Togo avec qui il a eu des échanges sur les difficultés liées à leur séjour sur la terre togolaise. la question des menaces qui pèseraient sur eux suite au déclenchement de l’opération « Rambo » portant lutte contre la cybercriminalité n’a pas été occultée. Continuer la lecture de « Bénin – supposée menace sur les béninois au #Togo: ce que le président Patrice Talon en dit »

#Togo: Des ennuis judiciaires en vue pour Bodjona ?

Mardi 17 Avril 2018 – L’ancien ministre togolais de l’Administration territoriale, Pascal Bodjona, est convoqué par la justice de son pays pour le jeudi 19 avril. Les premières supputations font échos de ce que la convocation de Bodjona à la Cour Suprême serait liée à l’affaire d’escroquerie internationale dans laquelle il a été cité et qui lui a valu de longs jours de détention.

Continuer la lecture de « #Togo: Des ennuis judiciaires en vue pour Bodjona ? »

Sommet CEDEAO : Aristides Gomes Premier ministre de consensus de la Guinée-Bissau

Lors d’un sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu samedi soir à Lomé, le président de la Guinée-Bissau José Mario Vaz a annoncé sa décision de nommer Aristides Gomes « Premier ministre de consensus », après consultation avec les forces politiques et la société civile.

Dans un communiqué final, le sommet a dévoilé cette décision du président Vaz, précisant que la nomination serait prise par décret présidentiel le mardi 17 avril à Bissau.

Cela marquera un retour en force d’Aristides Gomes, qui a déjà été Premier ministre du 2 novembre 2005 au 13 avril 2007. Continuer la lecture de « Sommet CEDEAO : Aristides Gomes Premier ministre de consensus de la Guinée-Bissau »

Sommet CEDEAO : il est « important de maintenir le fil du dialogue » en Guinée Bissau (Président togolais)

Le chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, président en exercice de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a affirmé samedi à Lomé qu’il est « important de maintenir le fil du dialogue » en Guinée Bissau, principal sujet à l’ordre du jour de la session extraordinaire de l’organisation sous-régionale.
Continuer la lecture de « Sommet CEDEAO : il est « important de maintenir le fil du dialogue » en Guinée Bissau (Président togolais) »

Togo : la CEDEAO propose des réformes constitutionnelles pour la sortie de crise

Face au regain de tension qui se fait constater au Togo, les chefs d’Etats de la Cédéao ont fait plusieurs propositions à la classe politique du pays afin de procéder à des réformes constitutionnelles.

Selon un communiqué à l’issue d’un sommet extraordinaire samedi, ce sont les présidents de Ghana Nana Akufo-Addo  et  de la Guinée Alpha Condé qui ont été désignés par leurs pairs de la Cédéao pour servir de facilitateurs dans la mise en œuvre desdites propositions de réformes. Continuer la lecture de « Togo : la CEDEAO propose des réformes constitutionnelles pour la sortie de crise »